fbpx

Cycle WLTP : Quelles différences avec le cycle NEDC ?

Les nouvelles réglementations en matière d’émission de substances polluantes influent de plus en plus sur notre logique d’achat d’un véhicule. En effet, les taux d’émissions de substances polluantes conditionnent l’obtention de subventions lorsque le véhicule est “propre”. A contrario entraînent des frais supplémentaires quand le véhicule est trop polluant selon des critères fixés par le gouvernement.

Les conducteurs sont également plus concernés qu’il y a 40 ans sur les enjeux environnementaux liés à l’utilisation d’un véhicule. La consommation de carburant ainsi que les taux d’émissions de substances polluantes sont donc des éléments parfois déterminants dans le processus d’achat d’un véhicule.

Mais comment les constructeurs parviennent-ils à obtenir les chiffres qu’ils communiquent sur la consommation de carburant et les émissions de substances polluantes de leurs véhicules ?   

Les véhicules sont testés dans ce qui est appelé un “cycle de conduite automobile”. En clair, les véhicules sont testés dans des conditions de conduites plus ou moins réalistes sur des bancs à rouleaux comme sur l’image ci-dessous :

En juillet 1973, une directive européenne instaure l’utilisation du cycle NEDC (New European Driving Cycle). Ce cycle est utilisé jusqu’en 2018 pour mesurer la consommation en carburant ainsi que les émissions de substances polluantes par les véhicules.

En quoi consiste précisément le NEDC ? 🛣️

Le NEDC est un cycle de conduite automobile consistant en une simulation d’une durée de 20 minutes (19 min et 40 secondes pour être précis). Il se divise en 2 parties composées chacune d’accélérations et de décélérations ainsi que de paliers de vitesse constante.

1. Conduite dans un environnement urbain

Le cycle urbain se divise en 4 séquences identiques durant chacune exactement 3 minutes et 15 secondes. Le véhicule réalise 3 accélérations successives, la première allant de 0 à 15 km/h, la seconde allant de 0 à 32 km/h et la dernière de 0 à 50 km/h. Ces accélérations sont donc particulièrement faibles d’autant plus quand on connaît les capacités d’accélérations des véhicules actuels et les accélérations des conducteurs en conditions réelles.

2. Conduite dans un environnement extra-urbain

Le cycle extra-urbain est réalisé à la suite du cycle urbain. Il consiste également en de lentes accélérations mais également dans le maintien de certaines vitesses précises. Ce cycle dure quant à lui précisément 6 minutes et 40 secondes.

 

Alors que dans le cycle urbain, seul les 3 premiers rapports sont utilisés, dans le cycle extra-urbain, le 4ème rapport est passé notamment pour le palier à 50 km/h qui dure cette fois ci 70 secondes. La vitesse maximale est fixée à 120 km/h ce qui correspond à la limitation de vitesse sur autoroute dans la plupart des pays européens.

Vitesse du véhicule lors des différents cycles du NEDC
Vitesse du véhicule lors des différents cycles du NEDC

Quelles sont les limites du NEDC ? 🛑

Comme nous l’avons évoqué plus haut, les cycles de tests dans le cadre du NEDC ne rendent pas réellement compte des accélérations des véhicules lors de leur utilisation par les conducteurs. La faiblesse des accélérations contraste avec l’utilisation réelle faite par les conducteurs. La simulation n’est donc pas fidèle et ne rend pas compte, notamment de la consommation en carburant.

 

De plus, les tests réalisés dans le cadre du NEDC ne prennent pas en compte l’impact des équipements du véhicule. En effet, les équipements tels que la climatisation, la radio, les phares, le chauffage.. etc, influent sur la consommation réelle du véhicule. Or, lorsqu’un conducteur utilise sa voiture, il utilise aussi ses équipements. La simulation n’est donc encore une fois pas fidèle à l’utilisation du véhicule dans les conditions réelles.

 

Enfin, le NEDC comporte de nombreux paliers ou le véhicule roule à vitesse stable. Pour optimiser les résultats du NEDC, il suffit pour les constructeurs d’optimiser les rapports de vitesse à ces paliers. Or la conduite se fait très rarement à vitesse stable. Les conducteurs sont souvent contraints de rétrograder ce qui accentue la consommation en carburant du véhicule. Une nouvelle fois, la simulation prévue dans le cadre du NEDC n’est pas fidèle à l’utilisation réelle du véhicule et elle ne permet donc pas de fournir des résultats pertinents sur la consommation en carburant et sur les émissions de substances polluantes.  

 

C’est donc en raison des cet écart important entre les résultats en laboratoires et les réelles consommations et émissions de substances polluantes que l’Union Européenne ainsi que d’autres pays à travers le monde tels que l’Inde ou le Japon ont décidé de mettre une place deux nouveaux cycles de tests plus fidèles à l’utilisation réelle des véhicules: le WLTP (World harmonized Light vehicle Test Procedure) et le RDE (Real Driving Emissions).

Cycle WLTP : c’est quoi ? 🆕

Le WLTP (Worlwide harmonized Light vehicule Test Procedure) est un nouveau protocole permettant de mesurer la consommation de carburant ainsi que les émissions de CO2 et autres substances polluantes par les véhicules. Il remplace l’ancienne procédure, le NEDC (New European Driving Cycle).

 

Le WLTP s’effectue tout comme le NEDC dans un laboratoire sur un banc à rouleaux. Toutefois les séquences de conduites diffèrent pour se rapprocher des conditions réelles d’utilisation des véhicules.

Quelles sont les différences entre le cycle WLTP et le cycle NEDC ? ⏸️

Pour être plus fidèle à l’utilisation réelle des véhicules, la norme WLTP se différencie de la norme NEDC sur de nombreux points.

Une durée de test plus longue

Alors que le NEDC dure un peu moins de 20 min, le WLTP dure quant à lui 30 minutes. En effet, le NEDC se divise en 2 phases alors que le WLTP se divise en 4 phases plus dynamiques avec une multiplication des accélérations et des décélérations. La répartition entre les conduites en milieux urbains et en milieux extra urbains est également plus équilibrée.

Une distance parcourue plus importante

Sur la totalité du cycle d’essai, le véhicule roule 11 km dans le cadre du NEDC contre 23,25 km dans le cadre du WLTP.

Un temps d’arrêt réduit

Sur la durée totale du cycle, le temps à l’arrêt représentait 25% du cycle dans le cadre du NEDC. Il n’en représentera plus que 13% dans le cadre de la norme WLTP.

Une vitesse moyenne supérieure

La vitesse moyenne de conduite du véhicule dans le cadre du NEDC n’était que de 34km/h sur 11km. Avec le cycle WLTP, la vitesse moyenne passe à 46,6 km/h sur 23km.

Une vitesse maximale supérieure

La vitesse maximale atteinte par la véhicule dans le cadre du NEDC se limitait à 120 km/h. Dans le cadre du WLTP, cette vitesse maximale atteint 131km/h.

Des tests réalisés dans des conditions climatiques plus réalistes

Dans le cadre du NEDC, les mesures étaient réalisées à une température comprise entre 20° et 30° pendant toute la durée du test. Avec le WLTP, les mesures doivent être réalisées à 14° au démarrage puis à 23°.

Des changements de vitesse adaptés au véhicules

Alors que les changements de vitesses étaient similaires pour tous les véhicules dans le cadre du NEDC, le WLTP adapte les changements de vitesse au véhicule testé. Les situations de conduites sont donc étendues (sur autoroute, sur voie rapide, conduite urbaine et suburbaine etc).

Prise en compte du poids et des équipements

Alors que le NEDC ne prenait pas en compte le poids ni l’impact des équipements tels que la climatisation, le chauffage ou encore les phares sur la consommation du véhicule, le WLTP ajustera selon les modèles, les résultats en prenant en compte l’influence de ces équipements.

Principales différences entre les deux procédures de tests.

 

 

NEDC

WLTP

Cycle de test

Cycle de test unique

Cycle de test dynamique plus fidèle à l’utilisation du véhicule en conditions réelles.

Durée du test

20 minutes

30 minutes

Distance parcourue

11 km

23,25 km

Séquences de conduite

2 séquences: conduite urbaine (66%) et conduite extra urbaine (34%)

4 séquences: autoroute, voie rapide, urbain, suburbain. Conduite urbaine 52%, conduite extra urbaine 48%.

Vitesse moyenne

34 km/h

46,5 km/h

Vitesse maximale

120 km/h

131 km/h

Prise en compte des options

Le NEDC ne prend pas en compte les options et leur impact sur les émissions de polluants et la consommation de carburants

Le WLTP prend en compte les différents équipements du véhicules pouvant influencer les émissions de substances polluantes ainsi que la consommation de carburant.

Changement de vitesse

Les changements de vitesse sont pré-déterminés et fixe

Les points de passages sont déterminé selon les caractéristiques du véhicule

Température de test

Les mesures sont réalisées à des températures allant de 20° à 30°

Les mesures sont réalisée à 23° puis corrigé à 14° pour le CO2

Le RDE en complément du WLTP ➕

La norme WLTP est complétée par le RDE (Real Driving Emissions). Il consiste en un test en conditions réelles de conduite pour mesurer les émissions de CO2. Un appareil de mesure est placé sur le véhicule pendant toute la durée du test.

 

Le véhicule est conduit pendant une durée maximale de 2h. Le parcours se déroule en 3 zones:

  • Urbaine. Avec une vitesse maximale de 60 km/h
  • Extra-Urbaine. Avec une vitesse maximale de 90 km/h
  • Autoroute. Avec une vitesse maximale de 145 km/h

 

Dans le cadre de ce test, la température extérieure doit être comprise entre -7° et 35° et l’altitude ne doit pas excéder 1300m.

Quelles sont concrètement les conséquences pour les conducteurs ? 🤷‍♂️

Les test effectués depuis 2017 montrent des différences sensibles entre les résultats issus du cycle NEDC et les résultats issus du cycle WLTP. En effet, on remarque jusqu’à 34% de hausse des résultats sur les émissions avec les tests WLTP.


Ces hausses posent problèmes vis à vis notamment du malus écologique. En effet, le barème du malus écologique a été fait alors que les véhicules étaient évalués selon le cycle NEDC. Une aussi forte augmentation des taux d’émissions de substances polluantes et en particuliers de CO2 augmente sensiblement le malus écologique de certains véhicules.

→ Le malus écologique est une taxe appliquée lors de l’immatriculation d’un véhicule polluant selon des critères durcis au fil des années. En 2019, seul les véhicules dont l'émission de CO2 est inférieure à 116 g/km sont exemptés de cette taxe. Au delà, le coût du malus écologique augmente progressivement allant de 35€ pour les véhicules dont les émissions de CO2 sont de 117 g/km jusqu'à 10 500€ pour les véhicules dont les émissions sont supérieures à 191 g/km.

⚠️ Bon à savoir, Aujourd’hui, le malus écologique est déterminé sur les chiffres issus du cycle NEDC. Toutefois, à partir de 2020, ce sont les résultats issus des tests WLTP qui seront pris en compte pour le calcul de cette taxe.

Sachant que le barème du malus écologique est durcit d’année en année, le WLTP devrait convaincre les professionnels et les particuliers de se tourner vers les véhicules propres dans les années à venir si la fiscalité ne s’adapte pas aux nouveaux résultats.

 

On ignore encore si la fiscalité va s’adapter à ce nouveau cycle mais on peut d’ores et déjà supposer que le WLTP aura un impact sur le TCO (Total Cost of Ownership – coût total de possession).


➡️ LIRE NOTRE DOSSIER – Le TCO (Total cost of ownership) : comment le calculer et l’optimiser ?

👋 Vous souhaitez passer à la voiture électrique ? Contactez-nous ici

Le passage définitif au WLTP, c’est pour quand ? 📅

Tous les nouveaux modèles ont été contraints se plier au cycle du WLTP dès septembre 2017. L’obligation a été étendue à toutes les nouvelles immatriculations depuis septembre 2018.

 

La norme NEDC sera encore utilisée jusqu’en 2020 et reste la seule norme juridiquement contraignante. En 2020, la norme WLTP sera la seule norme prise en compte pour l’évaluation des émissions de substances polluantes et la consommation en carburant des véhicules.

Calendrier de la mise en place du WLTP

⚠️ Astuce beev : Consulter les sites Finlandais des constructeurs auto pour avoir les chiffres WLTP. Aujourd’hui les sites français utilisent les chiffres NEDC ou NEDC corrélé. Cela donne une idée des augmentations à venir si aucun changement n’est fait sur le barème bonus/malus, les VE étant épargnés avec 0g de CO2. Des exemples dans cette vidéo pour vous donner une idée.

En résumé

Le cycle WLTP vient remplacer l’ancien cycle NEDC d’homologation des véhicules. Cette dernière, pas assez fidèle à la réelle utilisation des véhicules, ne permettaient pas d’avoir des mesures pertinentes sur la consommation en carburant et sur les émissions en substances polluantes et en particulier et CO2.

 

Cette nouvelle norme WLTP devrait avoir un impact sur le TCO des véhicules en raison de la fiscalité sur les véhicules étant donné la hausse des chiffres sur les émissions en CO2.

Les modèles les plus populaires

Nissan Leaf offre Beev

Nissan Leaf

À partir de 20 182 € TTC

Kia e-Niro

À partir de 28 128 € TTC

Kia e-Soul

À partir de 25 300 € TTC

 👋Vous souhaitez passer à la voiture électrique ? Beev propose des offres de véhicules 100% électriques multi-marques au meilleur prix ainsi que des solutions de recharge.
Beev vous accompagne dans l’intégralité de votre projet depuis la recherche de votre véhicule jusqu’à l’installation des bornes de recharge.