fbpx

En Norvège les bornes de recharges remplacent les pompes à essence

La France a récemment atteint les 200 000 véhicules électriques en circulation. D’après l’Avere, plus d’un quart de ses véhicules ont été mis en circulation au cours des 12 derniers mois. Le marché français est en plein essor, avec une évolution des ventes entre septembre 2018 et 2019 de 57%. Pour rappel le gouvernement s’est donné pour objectif d’atteindre le million de véhicules électrifiés en circulation d’ici à 2022. Cette décision est appuyée par celle de l’Union Européenne qui a durci les règles d’émission de gaz polluant. 

 

En 2020, la norme WLTP qui rentrera en vigueur obligera ainsi les constructeurs à vendre plus de véhicules propres sous peine d’amendes. 

 

Pour faire face à cet afflux de nouveaux véhicules électriques sur la route et à ces nouveaux objectifs de l’Etat, certains constructeurs s’interrogent sur l’infrastructure, qui est jugée aujourd’hui insuffisante. D’après l’Avere, la France compte ainsi plus de 25 000 points de recharges, ce qui représente une borne de recharge pour 6,8 véhicules environ. Mais comment faire face à un million de véhicules électriques sur les routes françaises ? 

 

Pour répondre à cette question, nous allons regarder comment les infrastructures se développent aux Pays-Bas et en Norvège, les deux principaux marchés Européens de voitures électriques.

 

➡️ À LIRE AUSSI – Malus écologique : montée en flèche en 2020



Au Pays-Bas, des bornes installées devant chez vous

Depuis 2009 les résidents de la ville d’Amsterdam peuvent faire une demande en ligne pour avoir une borne de recharge pour véhicule électrique installé à proximité de son domicile. L’ambition des autorités de la ville est de développer la mobilité électrique et de permettre aux habitants d’Amsterdam d’utiliser sereinement leur véhicule électrique. C’est le fruit d’une expérimentation avec 100 bornes en 2009. Après des résultats satisfaisants, le réseau a rapidement grandi pour atteindre les 1 000 bornes en 2011. Aujourd’hui la ville d’Amsterdam compte plus de 3 800 bornes pour véhicules électriques et le modèle a été repris par d’autres villes partout dans les Pays-Bas. 

Au Pays-Bas, des bornes installées devant chez vous

Le projet a eu un succès retentissant; Il a permis à de nombreux résidents d’Amsterdam d’embrasser la mobilité électrique. La ville a aussi fixé un objectif net, celui de bannir tous les véhicules excepté les 100% électriques en 2030. À Amsterdam, pour faire une demande de nouvelle borne le processus est très simple, il suffit de répondre à ces 3 critères : 

  • Vous vivez ou travaillez à Amsterdam
  • Vous possédez une voiture 100% électrique ou une Hybride rechargeable capable d’atteindre les 60 km/h en tout électrique
  • Vous n’avez pas la possibilité de vous garer sur votre propriété

 

Ensuite, la ville dispose d’un partenariat avec une entreprise de production et de distribution d’énergies pour l’installation des bornes. Après une demande d’un résident d’Amsterdam, la faisabilité du projet est étudié. D’après le site de Vattenfall une demande de borne se déroule en 6 étapes. 

À Amsterdam, une demande de borne se déroule en 6 étapes

En Norvège, les bornes remplacent les pompes à essence

À Oslo, Circle K, un des plus grands distributeurs de carburant a remplacé des pompes à essence par des bornes de recharges pour véhicules électriques. C’est à la station essence Circle K de la place Kiellands, situé dans le nord-ouest de la ville, sur un des axes majeurs de la capitale que l’opération a été réalisée. Pour Circle K, les produits qui ont la plus grande valeur ajoutée ne sont pas l’essence ou le diesel mais les services annexes comme la supérette ou le lave-auto. Les véhicules électriques sont donc une aubaine pour ce gérant de magasin de proximité, nécessitant en moyenne 20 à 30 min pour se recharger. 

La station Circle K de la place Kiellands a été équipée de 4 bornes 50 kW et 2 bornes 150 kW
La station Circle K de la place Kiellands a été équipée de 4 bornes 50 kW et 2 bornes 150 kW

‘’Nous n’avions jamais fait ça auparavant. Il y a une bataille acharnée pour chaque mètre carré dans les stations essence, et les pompes à essence […] continuent d’acheminer la plupart de nos clients vers nos stations.’’ – Sverre Rosén.

 

La Norvège est cependant un cas assez exceptionnel. Avec plus de 50 % de part de marché, la motorisation électrique est la préférée des norvégiens. Ainsi ce pays d’un peu plus de 5 million d’habitants comportent déjà plus de véhicules électriques qu’en France, avec déjà en 2018, plus de 200 000 voitures électriques et plus de 100 000 Hybride Plug-In additionnel.

L’engouement pour les véhicules électriques est tel que l’on peut commencer à constater un déclin dans la consommation d’essence et de diesel du pays. 

‘’Lorsque les besoins de nos clients changent, nous devons également changer. Nous avons lancé un développement complet des chargeurs rapides […]. Notre ambition est de proposer la meilleure expérience de chargement […]. Nous le faisons avec nos propres chargeurs et en partenariat avec IONITY, Tesla et Grønn Kontakt’’, déclare Håkon Stiksrud, directeur de la mobilité électrique à Circle K.

La station Circle K de Økern a été équipée de 6 bornes 50 kW et de 2 bornes 150 kW
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Vous souhaitez passer à la voiture électrique ? C'est par ici !