fbpx

Beev – Votre voiture électrique en quelques clics

La start-up chinoise Nio cible la Norvège pour son lancement en Europe

Le constructeur chinois Nio vise l’Europe et choisit la Norvège pour le lancement de ses premières opérations. 

La start-up chinoise de véhicules électriques Nio commencera à exporter des véhicules en Norvège dès septembre 2021, en commençant par le SUV électrique ES8. Le constructeur automobile commercialisera également la berline de luxe ET7 en 2022.

La semaine dernière, la société Nio, cotée à New York, a annoncé son projet d’implantation en Norvège, s’aventurant ainsi sur son premier marché en dehors de la Chine. 

La société a déjà embauché du personnel pour ouvrir un site de distribution et de services dans la nation scandinave en septembre et pour y installer ses dispositifs de recharge et de batterie.

Nio ET7

Les premières livraisons en 2021

Les véhicules électriques sont très avantageux fiscalement en Norvège, ce qui les rend extrêmement populaires dans le pays. En mars 2021, les véhicules électriques représentaient 56 % de toutes les nouvelles immatriculations de véhicules en Norvège. C’est le marché du véhicule électrique le plus dynamique d’Europe.

Nio ouvrira un premier centre de traitement et de livraison à Oslo en septembre, suivi de quatre autres centres l’année prochaine à Bergen, Stavanger, Trondheim et Kristansand. Le constructeur automobile a déclaré que son réseau de service après-vente s’étendrait à l’ensemble du pays en 2022 et qu’il proposerait également un service de retrait et de livraison des véhicules. 

« La décision de faire de la Norvège notre première destination à l’étranger est soutenue par une réflexion à long terme », a déclaré le fondateur et PDG de Nio, William Li. « La Norvège est le pays le plus favorable aux VE. Parallèlement, son engagement pour la nature et l’innovation résonne avec la vision de Nio à bien des égards. »

William Li

Un partenariat stratégique avec The Norwegian Electric Vehicle Association

Nio a noué un partenariat stratégique avec The Norwegian Electric Vehicle Association, une association qui milite pour les véhicules électriques depuis 25 ans.

« Le marché des véhicules électriques est en pleine croissance et il est vraiment bon de voir de plus en plus de marques de voitures électriques s’implanter en Norvège », a déclaré Christina Bu, secrétaire générale de l’Association VE norvégienne.

Christina Bu

Nio emboîte le pas à Xiopeng Motors (XPeng) en Norvège. Le constructeur chinois rival a commencé à exporter son SUV électrique G3i en Norvège en septembre dernier.

Nio s’autoproclame rival de Tesla 

La société chinoise Nio Inc. est un rival autoproclamé de Tesla Inc. qui veut se faire une place en Europe. C’était une évidence : Le continent est en train de devenir le plus grand marché de voitures électriques du monde. 

Souvent appelé « le Tesla de la Chine », le constructeur de véhicules électriques a réussi à vendre quelques SUV électriques sur le marché chinois en pleine croissance.

Lors du NIO Day 2020 à Chengdu, NIO a dévoilé son prochain véhicule électrique : le NIO ET7. Le NIO ET7 a pour ambition de concurrencer Tesla sur ses modèles les plus premiums en promettant des prouesses au niveau de la batterie et autonomie de 1 000 km.

Un modèle économique fragile 

Malgré des mesures de soutien et un appui financier en Chine, la société n’a pas été en mesure de fabriquer ses propres voitures ou de générer des bénéfices dans ce pays. Au printemps 2020, Nio a été renflouée par Pékin. Vu qu’elle continuait de dépenser des sommes folles et ne pouvait pas se permettre de payer ses travailleurs à temps, Nio a conclu un accord d’investissement avec le gouvernement de la province d’Anhui, qui a investi 7 milliards de yuans (1,08 milliard de dollars) en espèces dans l’entreprise. Un groupe d’investisseurs stratégiques apparentés détient un peu plus de 24 % de l’entité principale de la société, NIO China. 

La rentabilité n’a jamais été au rendez-vous depuis la création de l’entreprise. La raison est simple. La start-up est confrontée à un problème existentiel : Nio ne fabrique pas ses propres voitures. Elle a conclu un accord de fabrication avec Jianghuai Automobile Group Co. ou JAC, qui doit expirer ce mois-ci. Dans le cadre de cet accord, Nio paie par véhicule et compense les pertes d’exploitation du constructeur automobile d’État.

En attendant, même si Nio a fait volte-face sur son projet de construire sa propre usine, elle n’a pas été en mesure de réduire le coût de commercialisation des véhicules. Au 30 avril, l’entreprise avait livré un total de 102 803 véhicules au cours des trois dernières années. Mais cela ne s’est pas traduit par des économies d’échelle.

Le marché européen : eldorado des constructeurs chinois ? 

De nombreuses marques de voitures électriques chinoises ont déjà mis les pieds en Europe.

MG Motor

C’est un constructeur automobile anglais de voitures de sport fondé en 1924. Depuis 2006, la marque appartient à SAIC Motor Europe, filiale du groupe chinois Shanghai Automotive Industry Corporation (SAIC). 

MG Motor s’est implanté en 2020 en France avec son SUV 100% électrique le MG ZS EV

Aiways 

Aiways est une marque automobile chinoise créée en 2017 et basée en Chine.

L’Aiways U5 est un SUV à motorisation 100 % électrique, présenté au salon de Genève en mars 2019. Il est le premier véhicule de série de la marque chinoise Aiways. L’U5 est équipée d’un moteur électrique de 140 kW (190 ch) et 315 N m de couple, associé à un batterie lui permettant une autonomie maximale théorique de 560 km.

D’autres marques de véhicules électriques chinois vont bientôt s’implanter en France et étoffer l’offre existante de voitures électriques.

Répondre

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.